Citations

la bataille hadopi

Comme c’est vulgaire

Le 13 octobre 2008 par "Diderot en verres miroirs"

C

ommuniquer, vulgariser, médier : trois verbes qui sont utilisés, en théorie dans un sens similaire, mais qui laissent présager d’intentions plus ou moins bonnes …

Dans vulgarisation, il y a vulgaire. Un mot qui rappelle des latinismes savants, et qui ne devait pas rendre la science vulgaire, mais pouvant être transmise dans un langage commun. On peut aujourd’hui utiliser le terme vulgariser, mais il semble que ce soit avec réticence : se réclamer de la vulgarisation des sciences n’est pas très valorisant. On préfère être médiateur. Car il flotte derrière ce premier terme une odeur ténue de souffre d’amateurisme, de vulgaire, de loupé social, voire de science populaire bref de choses dans lesquelles il faudrait mieux ne pas se reconnaître.
(Lire la suite…)

Mots clefs :

L’âge de la vulgarisation

Le 11 octobre 2008 par "Diderot en verres miroirs"

J

e suis abonné à la liste Vulgarisation de l’ens (Ecole Nationale Supérieure il me semble). Elle regroupe les étudiants qui participent au cours « Médiation et Communication Scientifiques », ainsi que des anciens étudiants ou d’autres personnes intéressées. C’est une liste qui permet le débat : il y en a tant (de débats) et si peu (de listes de diffusion) dans le domaine. Vivant à Strasbourg, je ne peux venir aux cours de Paris. Quand bien, même j’en ai subi assez il y a quinze ans, en suivant les cours du DESS de communication scientifique de Strasbourg, créé par Baudouin Jurdant, le seul en France à l’époque à proposer ce diplôme.
L’animateur de ce cours, Richard-Emmanuel Eastes, utilise également cette liste comme moyen de diffusion du plan de son cours. Je vous cite une partie du mail du 7 octobre 2008 :
(Lire la suite…)

Mots clefs :

Le journal de l’espace

Le 14 avril 2008 par "Diderot en verres miroirs"

L

e CNES (Centre National d’Études Spatiales) produit depuis plusieurs mois maintenant un journal Multimédia à cette adresse : http://www.cnes-multimedia.fr/dossiers/Journal_de_lespace/.
C’est intéressant et cool. Bon, allez un peu voir le sujet « L’atmosphère sous son meilleur profil » : l’écriture du sujet est moyen (plus de 20 fois « atmosphère » dit en quelques minutes, c’est pas top, et Arletty n’y était pour rien). De même, la production multimédia Flash ne prend pas en compte des écrans un peu petits (on ne voit alors plus le titre du journal), et a une navigation qui pourrait être améliorée (comment avoir accès aux journaux précédents immédiatement ? Il faut d’abord attendre la fin de l’animation !!!). Mais si vous êtes intéressés par les sujets ayant trait à l’espace, allez voir ça, c’est probablement plus et mieux vulgarisé que sur le site de l’ESA (et en plus, c’est en français).
A noter, la possibilité de pouvoir s’abonner à une newswletter en contactant Séverine Klein, Rédacteur en chef du site www.cnes.fr et responsable de productions multimédia.

Mots clefs : ,

Qui gravite (autour de qui) ?

Le 06 avril 2008 par "Diderot en verres miroirs"

R

ichard-Emmanuel Eastes donne des cours à l’ENS en Vulgarisation Scientifique (pour faire simple) et propose une pédagogie active autour des questiosn de vulgarisation d’une part avec des cours / débats, d’autre part avec cette liste de diffusion.

Sur youTube, on peut trouver un petit extrait de la fameuse émission « Qui veut gagner des millions ? » qui pose la question « Qu’est ce qui gravite autour de la terre ? ». Le choix du candidat peut se faire sur chacune de ces quatre réponses : La Lune, la Terre, Mars ou Vénus. Comme le candidat est perturbé, il demande l’avis du public qui répond à peu près à égalité « Le Soleil » et « La Lune ». Le malheureux candidat choisit Le Soleil : c’était la Lune.
(Lire la suite…)

Colloque science société au Kafteur à Strasbourg

Le 11 décembre 2007 par "Diderot en verres miroirs"

L

es universitaires qui travaillent sur les questions Science Société s’en paient une bien bonne tranche. Ils s’amusent et rigolent lors du colloque Science-société dont voici le programme. C’est bien cool Strasbourg pendant le marché de Noël, et puis on peut ramener des cadeaux à ses copains en rentrant à Paris (cigognes en peluche, artisanat local, schnapps, etc.).

Ca parle de choses très intéressantes de la façon la plus inintéressante qui soit. Science et société, on en parle depuis longtemps, c’est une vraie problématique qui nécessiterait des investissements humains et financiers plus importants, à diriger vers qui ? CCSTI ? Citoyens ? Scientifiques ? Quelle est la place de chacun des acteurs et, surtout, quelle est la place réelle de la science dans la société ? Je me rappelle les débats d’Arc et Senans organisés par le CNRS, c’était tellement chiant et surtout inutile. Il faudrait déjà faire quelque chose : LES FAIRE TAIRE. Or, au contraire, probabalement pour se faire mousser, ou je ne sais quoi, les locaux de l’étape (Ancori et Dreyssé) qui ne font d’ailleurs pas grand chose à propos de sciences et citoyenneté (à part quelques expérience, comme La Nuit des Chercheurs qui nous a proposé à Strasbourg de danser en patinant et d’écouter des chercheurs jouer de la musique. Quelle nuit !!

Durant la première partie on a pas vraiment parlé de pratique, hein, c’est vraiment trop chiant, le sujet est bien trop délicat pour qu’on laisse des acteurs publics s’en saisir (certains d’entre eux, comme J. Testart dont le site explique clairement ce qu’il fait, trouveront à juste titre cette critique inadaptée pour leur propos : qu’ils m’excusent ici). Faut faire rigoler la galerie, mais surtout pas faire des choses. Faut il rappeler ici le pitoyable site de Science Société, tout sauf intéressant. Même le contenu scientifique est rarement bien formulé, c’est pour dire.

Pour terminer, parce que la critique est aisée, mais se faner des heures de parlotte bien pire, et parce que vous pouvez les voir comme si vous y étiez, cette adresse diffuse les colloques et les conférences d’un peu partout en france, dont le colloque ne s’est pas déroulé au Kafteur (café concert local connu), mais au parlement !!

On peut y entendre les meilleures blagues des comiques venus pour l’occasion. Quelques perles :
- « Le cas du nucléaire est éclairant »
- « Au total dans Libé, cinq articles et une rivière de bière »
- « Avec ce titre, je peux vous emmener en bateau… ou en Vaisseau, là où je veux, et c’est d’ailleurs ce que je vais faire » : On retrouve bien là Baudouin Jurdant.
- « Il n’y a pas nécessairement lieu de conclure, sinon que je m’efforcerai d’être là demain »
- « je sais bien que les journalistes transforment tous les titres qu’on leur donne ». Comme si les journalistes étaient là pour se laisser dicter les titres.
- « A force de structurer, on arrive à des non-structures ». Avec ça, faut pas s’étonner que des gens comme Sokal / Bricmont s’engrouffrent dans des brèches bien larges.
- « le fait de penser trop peut être un handicap à la commande du commanditaire ». Je vois pas trop le rapport. Il faut penser mieux pour mieux le comprendre, certainement. Et un commanditaire commandite, il ne commande pas …
- « Le profane reste scientifiquement un profane, il n’a pas de doctorat et il n’en n’aura jamais. Le profane reste scientifiquement un profane, il n’a pas de doctorat et il n’en n’aura jamais. ». Sauf s’il fait un doctorat, auquel cas il devient un scientifique. L’assertion mérite d’être claire : profane, reste profane et fais pas chier !
- « Manifestement lorsque l’on s’est tapé des études, une ou plusieurs thèses et vingt ans de carrière en labo, on en sait peut être un peu plus que lui. » (en parlant du profane). Sur un sujet finalement très précis, celui de sa spécialisation. Et sur le reste ? Le savoir se résume t’il donc tant que ça à un savoir si pointu, tellement catégorisé, que tout le reste, et son intégration dans une pensée plus globale, plus ouverte ne serait que chiure de mouche ? Diderot doit se retourner dans sa tombe …

« Billets plus récents