Citations

la bataille hadopi

La fusion des universités fait parler d’elle

Le 13 octobre 2008 par "Diderot en verres miroirs"

E

nfin, des nouvelles de la fusion des universités de Strasbourg. C’est que cette fusion s’est faite discrètement, tellement discrètement qu’à Strasbourg, on ne s’en rendait qu’à peine compte. Mais heureusement, Telerama en parle : http://www.telerama.fr/monde/a-strasbourg-une-universite-en-fusion,34246.php.

Pour des informations plus précises, mais plus parcellaires, on peut également lire les journaux de l’université de Strasbourg, nommée originalement UDS : http://demain.unistra.fr/lettre-information.html

Et aussi, l’UDS a mis en place sa première assemblée constitutive : http://www-ulp.u-strasbg.fr/actualites/index.php/2008/09/22/1413-premiere-assemblee-constitutive-universite-strasbourg

Université de Strasbourg : un désert de communication

Le 08 décembre 2007 par "Diderot en verres miroirs"

A

vant il y en avait trois : les universités Louis Pasteur (sciences de la nature), Marc Bloch (sciences humaines) et Robert Schuman (droit et économie). En 2012, il n’y en aura plus qu’une : l’Université de Strasbourg. Un chantier énorme au bout duquel plus de 10 000 salariés et on ne sait combien d’étudiants seront gérés par un seul et même organisme . Un site internet (demain.unistra.fr) rend compte de cet énorme chantier, et au vu de ce site, cet énauuurme chantier tient plutôt dans la main d’un petit enfant de quatre ans.

Heureusement, la presse nationale s’y intéresse : le 16 novembre 2007, une émission de radio de France Culture, « Travaux Publics », a enfin permis aux protagonistes de s’exprimer. Mais, au vu des prises de parole sur le forum de l’émission, ça n’a pas fait que des heureux. Et puis, l’émission parle essentiellement (du moins dans sa première partie) de l’histoire des universités de Strasbourg. Alors, on se fait des ronds de jambe, il ne faut froisser personne : pharmacologie et chimie font soudain bon ménage avec histoire et théologie. Mais, dans la réalité, ce sont les sciences que les humanités aiment à trouver « dures » qui ont la part belle.

(Lire la suite…)