Citations

la bataille hadopi

Une mouette rieuse à l’Université de Strasbourg

Le 16 novembre 2012 par "Diderot en verres miroirs"

U

ne mouette survole a nouvelle université, propose des pistes de questionnement ma fois pertinentes vues du coté des personnels BIATSS (Bibliothécaires, Ingénieurs, Administratifs, techniciens, personnels sociaux et de santé). Je la mets en vision publique, arce que, peu où prou, ces questions se retrouvent dans toutes les Universités, et devraient même s’ouvrir à d’autres lieux démocratiques. Ne voici la citation in extenso, telle qu’elle nous a été communiquée (nous, c’est à dire les personnels enseignants de l’Université de Strasbourg).

«

La mouette rieuse N°2

Des incidents, indépendants de notre volonté, ont retardé la publication de ce numéro, nous présentons nos excuses à nos abonnés et la mouette rieuse, solidarité animale oblige tient à exprimer son soutien au nounours maltraité de toutes parts.

Puisqu’il est beaucoup question de démocratie universitaire pendant cette campagne qu’il nous soit permis d’apporter notre réflexion.

L’Université fonctionne selon un modèle de démocratie aménagée : un homme-une voix, certes, mais chacune n’a pas le même poids. En effet, presque 3000 BIATSS ne seront représentés que par trois élus. Dure est la loi mais c’est la loi !!! (Lire la suite…)

Nouvelle moutûre de l’OPEE

Le 09 janvier 2012 par "Diderot en verres miroirs"

E

n temps de crise, les experts s’en donnent à cœur joie pour indiquer leur point de vue, forcément vrai (puisqu’ils sont experts) dans les médias. Ces propos, rabâchés à l’extrême, anxiogènes au possible, nous amènent à des ne plus trop savoir qu’en penser, et je dirais nous amènent à un renforcement( négatif cher aux comportementalistes (et aux scientologues éventuellement). L’Euro a t’il été une ânerie (Oui/Non), allons-nous vers la catastrophe (Oui/Non/Ça dépend), faut-il revenir au franc (Oui/Non/Ouhlà), autant de questions rabâchées, sans réelle réponse, car la crise de l’expertise est passée par là, et l’expert n’a qu’un seul objectif médiatique : il remplit le temps de parole, et sert son propre ego. Mais rien de plus.

Par contre, les questions demeurent, et il serait bon que, de temps en temps, on ait un peu autre chose à se mettre sous la dent : du savoir, de la connaissance, devant laquelle on peut garder une position relativiste, mais néanmoins qui accepte le dialogue et permet la réflexion, plutôt que d’induire la crispation,e le mécontentement, et une augmentation de la connerie en général. Merci donc à Michel Dévoluy et Gilbert Koenig, malgré marées et vents contraires, de continuer à écrire et diffuser le Bulletin de l’Observatoire des Politiques Économiques en Europe. de tout petits moyens, un haut parleur médiatique inexistant, une volonté vulgarisatrice souvent là (même si la technique de médiation fait souvent défaut), et des pistes de réflexion pour un avenir, sinon radieux, du moins meilleur.

Et si le progrès passait par là ?

À noter (sansblagues râle) : le site est disponiible à l’adresse http://opee.unistra.fr ! Et sans www.

À noter également : c’est une émanation de professionnels issus du Master de Communication de Strasbourg, Alsace Media Science, une entreprise dédiée à la médiation des sciences. elle fait partie du réseau Media Science, avec à l’gheure actuelle deux pôles une à l’ouest et l’autre à l’est. sans jeu de mots, non mais !

Méchants experts la suite

Le 06 mars 2010 par "Diderot en verres miroirs"

[wpaudio url="/wp-content/uploads/2010/audio/FI_002.mp3" text="France Inter - 5 mars 2010" dl="0"]
H

ier, j’entends sur France Inter l’eurodéputée Corinne Lepage se précipiter dans la brèche du peu de foi qu’on puisse apporter aux experts européens, indiquant toutes les zones d’ombre quant à leur embauche, leur débauche (ouh la la), la clarté des informations scientifiques qu’ils délivrent. Elle soupçonne, comme beaucoup de gens, que les experts sont soumis aux lobbyings et que, en tant que tels, on ne peut leur faire confiance.

Un débat démocratique sur les experts prend forme, je vous dis …

À quoi sert la communication ?

Le 25 novembre 2009 par "Diderot en verres miroirs"

L

a communication politique est un élément qui, à mon sens, a fait évoluer les médias, par le simple fait qu’elle en est constitutive. La construction d’un réseau télévisé en France est concomitante de la communication audiovisuelle. Et ce n’est pas parce que les citoyens se sentent blasés ou regardent moins les émissions politiques qu’autre chose que cette communication politique va s’arrêter. Sur cette constatation, on ne peut s’empêcher de penser que la forme de la communication politique en France a « bavé » sur les autres sujets de communication et leurs formes diverses.

En ce sens, cette vidéo est intéressante. Il s’agit de Mr Louvrier, conseiller de Sarkosy pour la communication et la presse. Il explique son action (et à aucun moment ne parle de conseil, comme c’est amusant!).

La notion d’exactitude se dégage de son discours comme d’une île au milieu du pacifique : assenée, répétée, l’importance de cette mission est telle que le pauvre homme en bafouille. Et, dans les médias, Presse, Télé, Internet, il y a deux sources : (Lire la suite…)

Mots clefs : ,