Citations

la bataille hadopi

Blogs de sciences à Rennes

Le 29 septembre 2009 par "Diderot en verres miroirs"

L’Université de Rennes 1 fournit à ses employés (toute personne inscrite au CRI j’imagine) la possibilité de créer une page personnelle professionnelle. L’outil de Système de Gestion de Contenu qu’elle propose pour réaliser ces pages est dotclear :un bon choix facile à utiliser. A ce jour, plusieurs sites ont déj été créés. Ce post vise à ce que cette pratique se démocratise. On pourrait juste regretter qu’il y ait une page annuaire un peu cool pour présenter ces sites : à vrai dire, je regrette que ces pages ne soient présentées nulle part sur le site de l’Université, même dans la section cst. Et qu’il y ait un flux de syndication pour s’abonner à l’ensemble de ces sites. Ce serait une excellente nouvelle.

Quelques blogs de l’Université de Rennes :

  • celui de Arthur Charpentier qui parle avec bonheur de la vie enseignante et de recherche en s’adressant à ses étudiants, mais qui vulgarise également le savoir qu’il doit enseigner. Une pratique intéressante donc.
  • celui de Laurent Denant-Boèmont qui est d’un autre niveau de lecture, et qui est plus dans la réflexion de recherche dans le cas de l’économie.

En créant cet article, je me rends compte que ces deux personnes sont économistes. Les autres bolgs sont moins liés à la diffusion de la connaissance par les chercheurs, ce qu’on peut regretter. Il serait également bien, finalement, que les gens de l’Expérimentarium intègrent cette pratique dans leurs activités : il est temps  que les chercheurs participent à la blogosphère vulgarisatrice, et l’hypothèse selon laquelle cette pratique peut être intéressante est prouvée.

E

n voilà une nouvelle : un enseignant-chercheur démissionne de l’Université !! Un poste pourtant confortable, cool, pour lequel il a du pourtant batailler.
Vous retrouverez en suivant ce lien l’entièreté de l’article paru dans Liens-socio. Un peu long, certes, mais très révélateur. J’espère que Mr Dunézat aura encore envie de s’exprimer librement, comme il en a envie, sur Scienceblog.

Pour lire l’article en entier, suivre le lien

De nombreuses choses passionnantes y sont écrites. Probablement, nous écrirons, moi ou d’autres, des commentaires (et encore d’autres) sur ce texte. Mais dès le début, une chose est frappante : un lieu d’enseignement comme l’Université met en place un autre type d’apprentissage parallèle (que celui des matières à apprendre) : celui de stratégies en vue de devenir Maitre de Conférences, puis professeur, ou, éventuellement, Ingénieur de Recherche (ce qui est peut être moins bon en terme de carrière mais meilleur, car moins d’enseignement). Eventuellement, cet apprentissage permet au carriériste la façon de s’avilir personnellement, selon l’auteur, en acceptant des enseignements qui peuvent être payés avec des coefficients de 1 à 5 selon le statut de la personne recrutée. Mais il faut s’avilir, mais pas trop, parce que sinon, on ne sera jamais accepté comme membre de cette communauté à laquelle on se prépare à appartenir. Cet apprentissage n’est pas récent, et en fait, a toujours existé. En travaillant sur une exposition, « Ferdinand Braun, un Nobel cathodique », je m’étais rendu compte qu’au XIXème, pour devenir un équivalent de maître de conférence en Allemagne, il fallait passer par un statut de privatdozent, et faire profil bas et, en même temps, devenir un « local », ce qui mettait du temps si vous veniez de Berlin et que vous travailliez à Strasbourg. Bref, les mécanismes décrits par monsieur Dunézat ne sont pas récents, toujours d’actualité et méritaient d’être redits.

Probabalement, la philologie est un sport assez courru en recherche, je ne me risquerai pas, n’étant pas moi-même chercheur, à faire du commentaire de commentaire de commentaire etc. Mais il est toujours intéressant de lire les commentaires de maitres de conf ou de profs pas bien dans leurs bottes face à ce réquisitoire. Entre autres, les commentaires qu’on peut lire sur le blog de Baptiste Coulmont.

Il y aura encore beaucoup d’autres choses à dire. Commentaires bienvenus.