Citations

la bataille hadopi

Un coup de vieux bien trop rapide

Le 18 novembre 2010 par "Diderot en verres miroirs"

J

‘avais parlé il y a de cela quelques temps de l’émission d’Ameisen « Sur les épaules de Darwin » sur France Inter le samedi matin à 11 heures (OVNI, ou réminiscence d’humanité(s) ?) Au début, un pur plaisir : abonné au podcast, je suis même prêt à l’éditer et le diffuser, pourquoi pas gratuitement. Intelligente, variée, ouverte (une programmation sonore et musicale incroyablement riche), un beau texte. Bref, on aimerait avoir ces émissions plus souvent.

Seulement voilà : à l’usure, c’est chiant. la voix devient monocorde, l’étonnement devant quelque chose d’unique fait place à l’ennui d’avoir tout le temps la même chose.

Le savoir peut-il être gai ? L’émission de Collin tous les jours sur France Inter encore, qui parle pourtant beaucoup d’Histoire et même du rapport des historiens avec l’Histoire, n’est pas ce qu’on peut appeler emmerdante. Rythme, jingles, rigolades et un Zoltan récurrent n’empêchent ni à la culture, ni au savoir de vivre entre les voix.

Comme disait ma compagne samedi dernier, en passant l’aspirateur (c’est à dire à l’heure où passe Ameisen chez nous), « C’est intéressant, même passionnant … mais qu’est ce que c’est chiant !!! ». Dommage !! Fais un effort Jean Claude, mets du popper dans ton café, ou sniffe du monoxyde d’azote, et ça deviendra vraiment très bien.

Mots clefs : ,

OVNI, ou réminiscence d’humanité(s) ?

Le 13 septembre 2010 par "Diderot en verres miroirs"

A

bonnez vous à un podcast intéressant, que vous pourrez écouter à vos heures perdues, plutôt que de faire de la chimie moléculaire à la télé, bande de fainéants, celui de l’émission de Jean-Claude AMEISEN, nommément « Sur les épaules de Darwin« . Pendant une année, Ameisen va nous faire découvrir Darwin à travers notre époque. Recherches scientifiques, mais également culture, observations animales, éthique, un panorama plus qu’instructif nous est ouvert.

Cette émission radio est surement un vrai OVNI, comme on n’en fait plus. La voix d’Ameisen peut-être trop présente parfois, mais jamais imposante, nous narre, dans le rythme et l’écriture (de la bonne) d’un récit, ce que nous sommes, nous, animaux bipèdes – dont il semblerait que la seule spécificité soit de toujours rechercher ce qui nous différencie d’une autre espèce précisément – au travers des yeux (ou plutôt, sur les épaules comme le titre l’indique) de Darwin, et des théories de l’évolution. Ballade au travers des sciences et des scientifiques, dans leurs errements, leurs réussites, leurs émotions (Jane Goodall découvrant l’utilisation d’outils chez le chimpanzé m’a tiré des larmes !).

Jean-Claude Ameisen est lui-même chercheur, ce qui explique peut être pourquoi on entend, au détours d’une phrase, la vie des chercheurs. Ce qui ne fait que confirmer une seule chose : un chercheur sachant parler n’a pas besoin d’un médiateur. Espérons tous que Jean-Claude Ameisen tienne une année entière consacrée à son émission, et qu’il arrive à l’améliorer selon ses propres goûts, et selon les miens éventuellement : on verra alors se développer un modèle original et à suivre de ce que peut être une médiation scientifique orientée vers des auditeurs non spécialistes.