Citations

la bataille hadopi

Les doigts d’honneur des génies

Le 26 février 2010 par "Diderot en verres miroirs"

medium_100_2165

E

n physique et en mathématiques, il existe une stratégie habituelle de production des héros scientifiques qui consiste à en faire d’affreux garnements punks absolument désobéissants, dont l’intelligence est si grande qu’ils ne vont pas s’abaisser à répondre simplement à des questions simples. Dans l’imaginaire collectif, c’est la marque de fabrique du génie. Quasiment tous les grands physiciens se voient coller sur le dos une aura de petit malin. A tel point que ceux qui n’arrivent pas à obéir à la règle sont relégués aux oubliettes de l’histoire !! De braves pères de famille popote voire tyranniques, genre rigueur allemande, ne peuvent être des génies. On en a un peu des comme ça chez nous (je vous écris d’Alsace …), lors de la période 1870-1918. Des prix Nobel. Aucun n’a sur le dos cette anecdote probablement fausse attribué à Niels Bohr qui s’est quand même bien planté avec son modèle « sphérique » et, justement, une approche un peu « short » de l’atome (bon, c’est un des pères de la physique quantique, ne nous moquons pas).

A la question « l’Enfer est-il exothermique ? », l’étudiant doué (et, dans cette histoire, l’enseignant lui donnera la note maximale, ce qui dénote l’ouverture d’esprit de l’enseignant physicien) a la question la plus alambiquée. Feynman était turbulent, cela va sans dire, et jouait du bongo (et pas des tablas). Les mythes fondateurs de la physique sont pavés de garnements sans foi ni loi, comme si de longues études en physique et l’intelligence qu’elles nécessitent permettaient des agissements inconsidérés (mais la morale ne doit cependant pas les réprouver !).

On peut le dire tout net : tout ça, c’est des histoires !! Étudiants, soyez obéissants, répondez aux questions comme on vous demande d’y répondre et pas autrement. Ne jouez pas aux génies, ça ne peut vous causer que des soucis. Si vous rêvez d’une carrière de chercheur, soyez bien sages, mettez un zeste de fantaisie dans votre sérieux, mais pas trop. Reproduisez-bien la classe sociale à laquelle les chercheurs sont sensés appartenir.

J’en sais quelque chose ! Je suis un génie, et j’ai été jeté.

Tous au Tamiflu

Le 14 août 2009 par "Diderot en verres miroirs"

B

on, alors maintenant, vous le savez tous, une épidémie pandémie de grippe particulièrement virulente est arrivée sur notre territoire, et ça se sait, contrairement au nuage radio-actif qui lui, ne se voyait pas. Les généralistes sont sur le pied de guerre et reçoivent du gouvernement informations, recommandations et paranoïa. Il faut l’espérer, nos médecins le sont moins (parano). Mais d’un autre coté, on ne sent pas chez nos amis thérapeutes l’envie flagrante de se former en permanence, malgré que leur formation continue soit une obligation légale. Cette formation n’est d’ailleurs pas franchement assumée par les pouvoirs publics, préférant laisser le petit aux entreprises pharmacologiques qui financent très bien elles-mêmes (merci). À tel point que je me demande si ces dernières ne profitent pas d’un effet d’annonce : nous allons tous crever. Pour plus d’informations suivez le lien : http://www.sentiweb.org/.

Et pour rire un peu, voici une jolie musique qui m’est fournie par ma généraliste préférée (qui n’est pas mon médecin traitant), et qui m’a bien fait rire. Dany Moreau est le jeune imitateur qui a interprété cette chanson, s’il voit ce lien qu’il me fasse signe s’il n’aime pas que ses oeuvres soient sur Internet, j’agirai. Quant à l’écrivain de cette oeuvre, qui est-ce ? Qu’il se signale !!


Tamiflu : 3′33. Télécharger.
Mots clefs : ,

Etude CASS-CHOU : pétons un coup

Le 13 août 2009 par "Diderot en verres miroirs"

R

ions un peu !!

Ma cousine m’a envoyé ce petit plaisir de lecture scientifique visant à créer une blague de toutes pièces qui a le goût de l’étude scientifique, l’odeur d’une étude scientifique, mais qui n’est pas une étude scientifique. Et pour les péotiens, l’angor mésentérique , c’est le mal de bide qui peut conduire … au pet, bien sur.

Ces blagues potaches ont régulièrement cours chez nos amis chercheurs en médecine. Mais ce qui est encore plus amusant, c’est que, malgré que les auteurs aient eu soin d’ajouter à cet article avril et poisson comme mots clefs, ils sont présentés très sérieusement par des moteurs de recherche de publication (http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=9985338 et http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10337210 par exemple). J’aime !

Nano d’avril

Le 01 avril 2008 par "Diderot en verres miroirs"

R

évélée la semaine dernière dans un long article de la revue The Researcher, la découverte du Franco-Japonais Eddie Shushuang, chercheur en nano-technologies, a de quoi effrayer toute l’industrie mondiale du téléphone portable. Et c’est peut-être pour cela qu’elle est passée inaperçue. Le Wifidus actif, cette nouvelle technologie de communication à distance, pourrait en effet, à terme, entraîner la mort du téléphone portable. « J’ai fait cette découverte tout à fait par hasard, explique Eddie Shushuang, après avoir mangé un yaourt. Je me suis alors mis à méditer en position du lotus, et très rapidement, j’ai établi une conversation avec mon épouse située à plus de 100 km de mon laboratoire d’Osaka. » Se croyant d’abord victime d’un coup de fatigue, le chercheur a finalement trouvé la cause de ce coup de fil invisible : « C’est l’interaction entre deux molécules, la Lactobacillus delbrueckii, une bactérie contenue dans le yaourt, et la télépatitae illimita en gélules que j’ai fabriquée et absorbée moi-même avant de manger mon yaourt. »

Eh oui, parfois, la recherche, c’est simple comme un coup de fil

? P.A.

Voici le message qu’on recevait le mardi 1er avril 2008 par la newsletter de Télérama. Quelques enseignements :

  1. La découverte est forcément faite « par hasard »
  2. Les noms proviennent forcément du langage vernaculaire, comme « Wifidus actif » ou
  3. télépatitae illimita », mais avec des modifications mineures.

  4. Les trucs qui font peur en ce moment, ce sont les objets issus des nano-technologies
  5. Les sciences ne représentent plus guère que des blagues de poissons d’avril. Il vaut mieux ça que d’avoir réellement peur pour des choses bien réelles.
Mots clefs :