Citations

la bataille hadopi

Troposphère 4 et 5 en orbite … ou presque

Le 08 avril 2009 par "Diderot en verres miroirs"

L

a conquête spatiale s’ouvre à tous les continents !! Comme ici, au Congo, qui a effectué son deuxième lancement de missile porteur. Aujourd’hui, on peut encore rêver et se réjouir de voir des fusées s’élancer vers le ciel.

Le traitement média n’est pas mal non, plus. En plein jour, des techniciens et ingénieurs sautant en blouse blanche dans la latérite (en est-ce ?), du bricolage informatique mais apparemment fonctionnel, des boites de lait concentré …

Le lancement de Stratosphère 5 sera moins chanceux (voir plus bas) , malgré le matériel plus coûteux, le budget plus important placé dans ce programme spécial, et un nombre plus important d’officiels. Mais les ingénieurs sont toujours aussi heureux, et ça reste le principal !

A ce qu’il paraît, les prochains lancements abriteront un « rat congolais ».

Se souvenir et rêver : Scientifica

Le 11 mars 2009 par "Diderot en verres miroirs"

Les ouvrages écrits de vulgarisation scientifique sont-ils les modèles de nos pratiques actuelles ? On pourrait se poser la question. Nous avons parlé déjà des Pierre-Henry Fabre, de Camille Flammarion et d’autres auteurs qui ont certainement fait rêver en leur temps de jeunes publics (ou moins jeunes). Peut-être ces livres et ces auteurs ont-ils également fait naître des vocations : astronomie, physique, biologie, chimie, éthologie, médecine, … autant de disciplines scientifiques qui connaissent leur « bible vulgarisatrice ». Je me rappelle personnellement avoir hérité de ma soeur d’un livre « l’âge de l’espace » traduit du Russe, avec la belle tête de Youri Gagarine sur un à-plat bleu nuit. Voici un des livres livre qui m’a conduit à m’intéresser de près à l’espace, à imaginer qu’un jour je serai voyageur en apesanteur vers des contrées lointaines, la Lune, Mars, ou plus loin, pourquoi pas.

Parfois même, cette bible serait à l’origine de la scientificité de nouvelles disciplines. Ainsi, c’est l’acte même de la vulgarisation, à la naissance de la discipline, qui la rendrait scientifique aux yeux de la communauté scientifique tout entière. Et, pourquoi pas ? Si Freud n’avait pas écrit ses ouvrages au retentissement mondial, est-ce que la psychanalyse serait reconnue comme une science ? Même si cette reconnaissance reste encore parfois controversée … Les derniers rois de Thulé, Tristes Tropiques, autant de livres attachés à l’acceptation de la scientificité de l’ethnologie. Et, allons plus loin, Galilée écrivant dans un langage vernaculaire, un dialogue sur les mondes, n’a t’il pas plus agi sur la scientificité de son hypothèse que tant de rapports scientifiques et savants, écrits en latin ?

Ces ouvrages de vulgarisation montrent, plus encore que les publications « ’sérieuses », une entreprise visant à convaincre le plus grand nombre du bien fondé d’un paradigme ou d’un autre. Et aujourd’hui, un voyage numérique au coeur de cette histoire des sciences est possible : il s’agit de Scientifica, la Bibliothèque Numérique de la Bibliothèque des Sciences et de l’Industrie. On peut y lire des ouvrages d’une bibliothèque du XIXème siècle, comprenant des thématiques telles que « La science pour petits et grands », « La phrénologie », ou « La théorie de la dégénérescence.

Oh bien sur, on sent à travers ces pages le double besoin des scientifiques de s’exprimer en accord avec  une société tournée vers l’eugénisme et l’hygiénisme, et de convaincre le plus grand nombre possible de lecteurs du bien fondé de son existence même. Rien de nouveau donc, car en lisant des journaux de vulgarisation contemporain, des documentaires, ou même des films populaires chers à Matteo (Merzagora), on voit bien combien il nous sera difficile, en tant que vulgarisateurs, de nous dépêtrer de cette histoire finalement assez lourde.

Alors, il reste le rêve, celle de planches magnifiques, de gravures étonnantes, d’une langue qui a bien changé, mais qui nous rappelle également que le scientifique ne s’exprime pas n’importe comment vis à vis de la plèbe, et enfin d’une vision de l’homme qui a, elle-aussi, bien changé.

Un bémol toutefois : pourquoi ne pas centraliser ces ouvrages numériques avec ceux de Bibnum ? Sont-ce des choix technologiques différents, des choix éditoriaux séparés, ou plus simplement le fait de séparer l’ouvrage scientifique lui-même de l’ouvrage de vulgarisation scientifique ? Tous deux ne font ils pas partie de la même histoire ?

Etats généraux de la bioéthique

Le 19 février 2009 par "Diderot en verres miroirs"

J

e reçois aujourd’hui ce post de Philippe, militant du débat participatif dans les sciences, et qui me demande de transmettre (ce que je fais de bonne grace) :
 » Du 16 février au 23 juin 2009 se tiennent les Etats généraux de la bioéthique. Ils ont pour but de permettre aux parlementaires qui prépareront en 2010 la nouvelle version de la loi de recueillir au préalable l’avis des citoyens. De nombreux sujets seront débattus tels que l’assistance médicale à la procréation, les mères porteuses, les dons d’organes et de gamètes, l’utilisation des tests génétiques de dépistage et de prédisposition à certaines maladies…

Un site internet dédié à l’opération vous permet de vous documenter et de vous exprimer sur ces sujets : http://www.etatsgenerauxdelabioethique.fr/. »

Je ne crois pas à l’intérêt de récolter des avis dans un site Internet qui ne serviront à rien, parce que leur avis ne sera pas récolté pour but de les faire entrer dans le débat. Eventuellement, certains groupes d’opinions pourront s’en inspirer pour défendre un point de vue plus général, mais rien de plus. Je pense que, de ce point de vue, le site http://www.sciences-et-democratie.net/ dont le même Philippe s’occupe est certainement plus intéressant, puisqu’il fait construire des débats plutôt que de juste récolter des avis.

Pour s’informer plus avant, le livre « Sciences en société au XXIème siècle, autres relations autres pratiques » est en vente aux éditions « CNRS Éditions ». Un site a également déjà été mis en place : http://sciences-societe.u-strasbg.fr/documents.php. Il s’agit des actes du colloques qui a eu lieu  Strasbourg les 28 et 29 novembre 2007. J’ai déjà dit ce que je pensais d’un certain nombre d’allocutions qui ont eu lieu là bas, et d’autres beaucoup plus intéressantes. Fouillez dans le site.

Cafés scientifiques à Strasbourg

Le 21 octobre 2008 par "Diderot en verres miroirs"

L

e Master de Communication Scientifique de l’Uuniversité Louis Pasteur de Strasbourg organise deux cafés scientifiques en collaboration avec le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES).

Ces cafés se tiendront dans le cadre des manifestations publiques organisées par le CNES à Strasbourg entre le 22 octobre et le 5 novembre 2008. Les deux soirées auront lieu en centre ville de Strasbourg :

  • La première sera au Café Raven, 5 Place du Corbeau à Strasbourg le 29 octobre.
  • La seconde sera au Troc’café, 8, Rue du Faubourg de Saverne à Strasbourg le 4 novembre

(Lire la suite…)