Citations

la bataille hadopi

Je me numère …

Le 13 janvier 2012 par "Diderot en verres miroirs"

L

e verbe numérer (sa formule sanguine) deviendra t’il un jour pronominal ? À vrai dire, et après vérification dans le dico, il n’existe pas, seul existe énumérer ! Alors, je m’énumère, il s’énumère …

Pour une fois, je vais me laisser tenter par l’aveuglement technologique et le rêve cybernétique, propre aux geeks adeptes d’une religiosité Mac, juste histoire de voir l’effet que ça fait. Faut dire aussi, c’est assez marrant comme idée ! Avec une application iPhone / iPad et un mini-microscope, il est  aisé d’effectuer un certain nombre de numérations cellulaires très performantes … sur soi-même.

Tout d’abord, l’extension hardware ! Pour 30 euros environ , il est possible d’associer à son iPhone (dont l’optique est très bonne) une petite optique supplémentaire qui grossit l’image de 60 fois. Donc, l’iPhone devient un fantastique microscope en plus d’être tout ce qu’il est d’autre.(http://www.next51.net/Transformez-votre-iPhone-en-un-mini-microscope_a3747.html)

Ensuite, l’application ! Elle ne coute que 3 euros 99, et permet d’éeumérer pas mal de cellules très différentes. (http://itunes.apple.com/tr/app/manual-blood-cell-counter/id467279032?mt=8). Normalement, ça devrait marcher ! Alors, HackLabs et FabLabs, à vos manettes, prouvez que ça marche ! Médecins, vous imaginez le cout d’un acte de numération ? Bien sur, il faut calibrer tout cela, et faire des tests de comparaison entre les méthodes standard et ce petit truc qu’on a dans la poche. Au boulot !

Ne reste plus qu’à se saigner comme un cochon …

Mots clefs :

Savoirs () : les enseignants chercheurs parlent

Le 15 juin 2009 par "Diderot en verres miroirs"

C

omme je n’en ai pas encore parlé, c’est le moment de le faire. L’Université de Strasbourg s’est doté d’un journal trimestriel, nommé Savoir(s), à ma connaissance, le seul journal issu d’une université doté d’un numéro paritaire. Ca n’a l’air de rien comme ça, mais représente au moins un avantage : il doit être reconnu d’intérêt général quant à la diffusion de la pensée. Il est animé par une équipe de journalistes scientifiques couvrant l’ensemble des domaines du savoir et de ses à cotés pédagogique, administratif, politique, etc. Ainsi, les sujets proposés dans Savoir(s ) dépassent de loin le cadre purement universitaire Strasbourgeois.

Le numéro d’Avril 2009 (n°2 donc) est partiellement consacré à la réforme du statut des enseignants-chercheurs actuellement en cours. L’interview de 6 chercheurs montre que, derrière une résistance forte proclamée par les syndicats, les avis des enseignants chercheurs sont plus mitigés et variés. Du dossier émerge cependant quelques avis partagés : (Lire la suite…)

Le journal de l’espace

Le 14 avril 2008 par "Diderot en verres miroirs"

L

e CNES (Centre National d’Études Spatiales) produit depuis plusieurs mois maintenant un journal Multimédia à cette adresse : http://www.cnes-multimedia.fr/dossiers/Journal_de_lespace/.
C’est intéressant et cool. Bon, allez un peu voir le sujet « L’atmosphère sous son meilleur profil » : l’écriture du sujet est moyen (plus de 20 fois « atmosphère » dit en quelques minutes, c’est pas top, et Arletty n’y était pour rien). De même, la production multimédia Flash ne prend pas en compte des écrans un peu petits (on ne voit alors plus le titre du journal), et a une navigation qui pourrait être améliorée (comment avoir accès aux journaux précédents immédiatement ? Il faut d’abord attendre la fin de l’animation !!!). Mais si vous êtes intéressés par les sujets ayant trait à l’espace, allez voir ça, c’est probablement plus et mieux vulgarisé que sur le site de l’ESA (et en plus, c’est en français).
A noter, la possibilité de pouvoir s’abonner à une newswletter en contactant Séverine Klein, Rédacteur en chef du site www.cnes.fr et responsable de productions multimédia.

Mots clefs : ,

Nano d’avril

Le 01 avril 2008 par "Diderot en verres miroirs"

R

évélée la semaine dernière dans un long article de la revue The Researcher, la découverte du Franco-Japonais Eddie Shushuang, chercheur en nano-technologies, a de quoi effrayer toute l’industrie mondiale du téléphone portable. Et c’est peut-être pour cela qu’elle est passée inaperçue. Le Wifidus actif, cette nouvelle technologie de communication à distance, pourrait en effet, à terme, entraîner la mort du téléphone portable. « J’ai fait cette découverte tout à fait par hasard, explique Eddie Shushuang, après avoir mangé un yaourt. Je me suis alors mis à méditer en position du lotus, et très rapidement, j’ai établi une conversation avec mon épouse située à plus de 100 km de mon laboratoire d’Osaka. » Se croyant d’abord victime d’un coup de fatigue, le chercheur a finalement trouvé la cause de ce coup de fil invisible : « C’est l’interaction entre deux molécules, la Lactobacillus delbrueckii, une bactérie contenue dans le yaourt, et la télépatitae illimita en gélules que j’ai fabriquée et absorbée moi-même avant de manger mon yaourt. »

Eh oui, parfois, la recherche, c’est simple comme un coup de fil

? P.A.

Voici le message qu’on recevait le mardi 1er avril 2008 par la newsletter de Télérama. Quelques enseignements :

  1. La découverte est forcément faite « par hasard »
  2. Les noms proviennent forcément du langage vernaculaire, comme « Wifidus actif » ou
  3. télépatitae illimita », mais avec des modifications mineures.

  4. Les trucs qui font peur en ce moment, ce sont les objets issus des nano-technologies
  5. Les sciences ne représentent plus guère que des blagues de poissons d’avril. Il vaut mieux ça que d’avoir réellement peur pour des choses bien réelles.
Mots clefs :