Citations

la bataille hadopi

Expertises et hobbyes : le retour

Le 24 novembre 2008 par "Diderot en verres miroirs"

E

n relisant mon post de la semaine dernière, le livre de Collins et Pinch, Fred Vargas et le commentaire de timothée, je me suis rendu compte que mon esprit avait fait un peu trop de raccourcis !! Pour une fois, chose n’est pas coutume, parlons science, dosage, méthodo, et expertise pour être précis.

Et pour la partie scientifique ?

Lisons un peu l’article lui-même … Nous saurons peut-être alors, cher Timothée, s’il s’agit de lobby ou pas.

Bon, alors, les auteurs parlent des ions de métaux lourds. Ils rappellent les études antérieures sur le danger potentiel de ces substances dans l’alimentation, ça ne fait aucun doute. Puis, le texte de l’article justifie le choix de l’utilisation du facteur nommé THQ : il s’agit du Target hazard quotients (THQ), il a été développé par l’agence de protection environnementale (EPA) aux Etats-Unis pour l’évaluation de risques potentiels liés à la santé associés à des exposition importantes de polluants chimiques (traduction directe de l’article). L’échelle du THQ est explicitée et étonnamment versatile : lorsqu’un nombre est 10 fois plus élevé qu’un autre, cela ne signifie pas qu’il soit … 10 fois plus élevé qu’un autre ( »It should be noted that THQ values are additive, not multiplicative, thus a THQ value of 20 is larger but not ten-fold greater than a THQ = 2.« ). Digne d’être publié dans le JIR (Journal of Irreproducible Results) !! Mais passons. Après tout, cette version n’est pas publiée comme version finale.

Cette étude tente de doser la quantité ions métaux lourds dans le vin. Voyons maintenant l’origine des vins. Il s’agit d’une question intéressante car, sur les quinze origines testées (Argentine, Autriche, Brésil, Tchécoslovaquie, France, Allemagne, Grèce, Hongrie, Italie, Jordanie, Macédoine, Portugal, Serbie,Slovaquie, Espagne), le volume de vins produits, la quantité et la qualité des terroirs, la superficie du pays sont des paramètres qui varient énormément. Ainsi, que peut-on dire quant aux vins du Languedoc, du Bourgogne, du Bordeaux, d’Alsace ? Ont ils les mêmes quantités de métaux lourds ? Comment peut on comparer avec le vin allemand en terme de volume ? Voici un tableau qui indique quels sont les principaux producteurs de vin au monde :

PAYS

Prév. 2006

en %

Italie

17 000

20,58

France

14 632

17,71

Espagne

13 900

16,83

Australie

8 300

10,05

Chili

4 514

5,46

Etats-Unis

3 761

4,55

Allemagne

3 200

3,87

Portugal

3 000

3,63

Argentine

2 934

3,55

Afrique du Sud

2 716

3,29

Total mondial

82 613

L’étude du Rapport d’information Mariani montre que L’Europe demeure le principal continent exportateur réalisant 71 % des exportations en 2006.

Les variations en volume exporté montrent bien qu’il est difficile de faire une étude multi-régionale par pays. J’ajouterai que les produits d’exportation ne sont pas forcément les mêmes que les produits qui restent sur le territoire. Donc, si on veut tester la concentration des ions métaux lourds dans le vin en ne tenant compte que de l’origine du vin (par pays), on doit tenir compte de facteurs non négligeables. Ce qui est très drôle c’est que les vins italien, jordanien, macédoniens n’ont pas de métaux lourds. Lorsqu’on a goûté certains de ces vins, et souffert de la casquette du lendemain, eh bien, sans être spécialiste, je sais qu’il n’y a pas que du bon dedans (non, j’ai pas exagéré !!!). Mais les métaux lourds, eux, ne fichent pas la casquette du lendemain.

Cité dans "Heavy metal ions in wines: meta-analysis of target hazard quotients reveal"

Cité dans

Suivent encore d’autres graphiques dont certains avec des barres d’erreur qui nous permettent d’émettre des doutes quant à la réalité des données, et qui semblent corroborer la variabililité des échantillons, précisément à l’intérieur d’un pays : ainsi, une variabilité induite par une variation des paysages, des cépages, etc est observée. Notons au passage que le chapitre « Matériel et Méthodes » n’est pas là : Comment peut on alors penser un instant publier des résultats numériques (qui ne sont pas 10 fois supérieurs lorsqu’ils sont dix fois supérieurs) sur ce sujet ?

Et pour la partie « lobby français » ?

J’ai déjà dit ailleurs le bien que je pensais de ceux là. La position de l’expert génère son lobby, de façon aussi sure que 1+1 = 2. Il faut un sacré courage pour rester un scientifique honnête dans ces conditions. Et je ne doute pas que beaucoup de scientifiques puissent en avoir. Mais il s’agit d’une situation de controverse, et le scientifique qui n’est pas préparé à cette situation peut aussi perdre les pédales, ce qu’on peut comprendre.

Quid du journaliste ?

Voilà bien le problème !! On ne se pose pas assez la question de savoir si la journaliste a la formation suffisante pour lire un article scientifique et le décortiquer convenablement. C’est d’ailleurs (fait intéressant), une des principales critiques des commentaires du blog dans lequel la première analyse française de cet article à été publiée, ce qui me laisse croire (laissez-moi avec mes illusions) que d’autres non-scientifiques ne se sont pas laissés prendre au piège.

Bon, reprenons : une journaliste propose un commentaire d’article sur un blog (donc de l’auto-publication) à propos d’une possible pollution par des métaux lourds du vin provenant de 15 pays différents. Les résultats indiquent que la France est au troisième rang des vins les plus pollués.

Les tenants d’une culture bio, sans pesticide, citant à tout va des scientifiques comme Bourgignon, et d’autres européens moins illustres dans nos contrées, utilisent les résultats de cette science pour une défense idéologique de la nature : technicistes et naturistes s’en donnent à coeur joie, et s’entr’accusent des pires maux. Chacun ses experts, chacun ses lobbyes. Néanmoins, si je regarde l’article original (Chemistry Central Journal indique en en-tête que « This Provisional PDF corresponds to the article as it appeared upon acceptance« , ce qui ne signifie qu’on a pas encore publié les corrections exigées par le Referee), je me rends compte que beaucoup de choses peuvent encore être dites, pas sur les problèmes de pollution, pas sur la dangerosité des ions Metal, mais sur les protocoles expérimentaux, le choix des échantillons, le choix des origines, etc. Mais cela n’intéresse personne. Or, comme nous le rappellent Collins et Pinch dans Tout ce que vous devriez savoir sur la science, « [...] c’est uniquement la science controversée que le citoyen en tant que tel à besoin de comprendre« .

36 commentaires »

  1. voici notre analyse sur cet article

    La vérité sur les métaux lourds dans le vin
     
     
     
    Selon une étude* largement reprise par les médias et sur Internet, les vins français seraient contaminés par des métaux lourds. Or, en y regardant d’un peu plus près, il s’avère que cette étude est loin d’être fiable. Des membres de l’association « Les 4 vérités sur le vin » ont mené l’enquête.
     
                Un certain nombre de commentateurs en ont profité pour laisser entendre ou simplement écrit que les bienfaits sur la santé d’une consommation modérée de vin étaient donc annulés par cette contamination.
    Notre groupe Les 4 vérités sur le vin a été alerté par plusieurs bizarreries dans cette étude et a voulu en savoir plus.
    Fidèle à notre méthode, nous avons voulu savoir si cette étude avait été publiée dans une revue scientifique répondant à nos critères d’Impact Factor (IF) de 5 000 et faisait partie des 10 premières revues dans sa spécialité ; or cette revue, qui ne publie qu’en ligne, n’est pas encore classée, elle est sans Impact Factor car créée en 2007.
    Comme l’étude est en fait une méta-analyse (étude de plusieurs autres études), nous sommes allés voir comment étaient classées les études qui ont servi de base de recherche.
    Pour faire simple nous nous sommes contentés d’étudier les trois études qui scrutaient  les vins français.
    Aucune de ces études n’avait été publiée dans une revue avec un Impact Factor d’au moins 5000 et aucune ne faisait partie du premier décile.
    Malgré tout, nous avons continué à chercher en nous disant qu’il fallait tout de même voir comment avaient été faites ces études et quels étaient leurs résultats.
    Nous avons été très surpris de voir qu’une des deux études qui parlait de vins non effervescents (aussi appelé tranquilles dans le jargon de la profession), l’étude slovaque, avait établi ses conclusions sur 3 vins blancs achetés dans un magasin à Bratislava : on ne pourra pas dire qu’il s’agisse d’un échantillon représentatif de la production viticole française.
    La deuxième étude, espagnole celle-ci, avait étudié les effervescents espagnols et français, et la méthode utilisée ainsi que l’instrument de mesure portent fortement à caution.
    La troisième étude est une étude portugaise où les vins français tranquilles étudiés et contaminés au plomb avaient été produits avant 1992, date à laquelle les capsules de bouchage au plomb ont été interdites justement à cause de ce risque même, les chercheurs portugais s’excusant d’utiliser de si vieilles analyses.
     
    Conclusion 1 : au final, toutes nos craintes se sont avérées fondées : cette étude sur les métaux, en plus du parti pris de ne prendre que les vins de l’ancien monde (aucun vin des USA, Australie, Afrique du Sud ou Argentine !) n’est vraiment pas réalisée avec un protocole sérieux et les conclusions sont tout sauf fiables.
    Conclusion 2 : les organes de presse anglo-saxons n’ont rien gagné à diffuser une information si peu fiable, quant aux organes de presse et blogs français ils n’ont pas brillé par leur prudence (une étude qui stigmatise seulement les vins de l’ancien monde ça ne vous parait pas curieux, Mesdames et Messieurs les journalistes ?)
    Conclusion 3 : il serait temps de l’avouer : une étude dite scientifique peut tout à fait manquer de sérieux voire être de parti pris, il serait judicieux d’adopter une grille de hiérarchisation des études, le groupe Les 4 vérités sur le vin en propose une pour tout ce qui peut avoir une relation avec la santé humaine : publication dans une revue avec IF de 5 000 au moins et qui figure dans le 1er décile de sa spécialité ; autant être très exigeant quand il s’agit de santé humaine.
    Conclusion 4 : le thème santé est repris par tous les groupes français de l’agro-alimentaire (en particulier les groupes laitiers), sauf par ceux qui veillent sur la réussite de la filière vin bien sûr. C’est dommage pour la viticulture qui a pourtant là un support de communication de très grande qualité.
    Conclusion 5 : nous aurions été bien inspirés de consulter les spécialistes mondiaux des aspects vin et santé (Curtis Ellison, Serge Renaud, Dominique Lanzmann et Joël de Leiris) au lieu de laisser la rumeur enfler sur les vins français, si vous voulez avoir une idée de celle ci : faites une recherche Google ou Yahoo avec les mots clés suivants : vins français+ métaux lourds . Le bruit fait autour de cette étude est vraiment dommageable pour les vignerons français. 
    Conclusion 6 : on peut continuer à consommer de façon modérée du vin français et profiter de ses bienfaits sur la santé ! Nous vous invitons à consulter nos cahiers et notre blog pour avoir plus de précisions sur ce dernier point http://web.mac.com/quatreverites

    Fabrice Delorme
    président de l’association les 4 vérités sur le vin 
    http://web.mac.com/quatreverites

    le 18 décembre 2008

    Commentaire par fabrice delorme — 23 décembre 2008 @ 0:52

  2. Merci pour ces informations complémentaires sur la « véracité » des informations scientifiques délivrées par cet article. Il est vrai que l’origine des informations, tant de celui des labos que de celui des journaux scientifiques, joue également un rôle.

    Mais, par contre, et excusez mon pessimisme, lorsqu’une information arrive dans « le grand public », elle peut être perçue de n’importe quelle façon, qu’elle soit vérifiée ou non.

    La position d’opposant d’expert lobbyiste, à mon idée, est une position qui peut être analysée comme politique, dans l’optique de redistribuer les rôles de l’expertise dans un champ démocratique, pas d’opposer experts contre experts, ce qui mène à une diminution globale de la pratique démocratique. Quand j’imagine que les populations deviennent un peu plus sceptiques quant aux données scientifiques publiées dans le champ public, j’imagine qu’ils exercent en tant que citoyens leur libre arbitre et leur faculté d’analyse des infos scientifiques. Oui, il existe bien une culture qui intègre le scientifique dans le général. « De la culture avec des morceaux de science dedans ».

    Commentaire par admin — 23 décembre 2008 @ 9:49

  3. untraditional@uppon.ordered » rel= »nofollow »>.…

    thank you….

    Rétrolien par Alfredo — 23 août 2014 @ 15:36

  4. sociologically@ryerson.scratching » rel= »nofollow »>.…

    thank you!!…

    Rétrolien par larry — 24 août 2014 @ 4:42

  5. calloused@salve.fireside » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par manuel — 19 novembre 2014 @ 23:38

  6. elevation@rebellious.sedentary » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par Chester — 21 novembre 2014 @ 19:37

  7. sixteen@husbands.vietnam » rel= »nofollow »>.…

    tnx….

    Rétrolien par maurice — 6 décembre 2014 @ 17:28

  8. encyclopedia@delicate.restrains » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par eugene — 15 décembre 2014 @ 2:45

  9. recruiting@phosphates.villains » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par jeffrey — 16 décembre 2014 @ 6:19

  10. penman@hamptons.shawl » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par Ruben — 16 décembre 2014 @ 6:52

  11. inhibiting@tumors.maybe » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par ronnie — 16 décembre 2014 @ 7:24

  12. tonics@billiard.cysts » rel= »nofollow »>.…

    tnx for info!!…

    Rétrolien par kenny — 16 décembre 2014 @ 7:56

  13. sterios@voted.blunders » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par Harvey — 19 décembre 2014 @ 13:37

  14. racial@dams.generalizations » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par Terrence — 22 décembre 2014 @ 15:33

  15. sinister@prince.crusader » rel= »nofollow »>.…

    good!!…

    Rétrolien par Homer — 22 décembre 2014 @ 20:40

  16. laughingly@thence.terrorists » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par Leslie — 22 décembre 2014 @ 23:10

  17. simplex@deller.loudons » rel= »nofollow »>.…

    tnx for info!!…

    Rétrolien par jeff — 28 janvier 2015 @ 7:22

  18. profoundly@exciting.contrasting » rel= »nofollow »>.…

    tnx for info….

    Rétrolien par Robert — 29 janvier 2015 @ 20:48

  19. fames@ai.belfry » rel= »nofollow »>.…

    good!…

    Rétrolien par Alfonso — 6 février 2015 @ 9:41

  20. membership@heady.honeymooners » rel= »nofollow »>.…

    tnx!!…

    Rétrolien par Philip — 6 février 2015 @ 10:14

  21. riversides@surrendered.analytical » rel= »nofollow »>.…

    good info!…

    Rétrolien par gregory — 6 février 2015 @ 10:44

  22. duponts@jahan.baker » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par Leroy — 6 février 2015 @ 11:15

  23. leninism@portsmouth.rembrandts » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par kenneth — 9 février 2015 @ 15:50

  24. stylization@antiredeposition.divan » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par Nelson — 9 février 2015 @ 16:26

  25. alaska@judicial.assai » rel= »nofollow »>.…

    tnx for info!…

    Rétrolien par elmer — 9 février 2015 @ 17:36

  26. sombre@infinite.zamiatins » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par Kevin — 9 février 2015 @ 18:13

  27. adds@murphys.unblemished » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par dale — 9 février 2015 @ 18:49

  28. hugging@clump.rucellai » rel= »nofollow »>.…

    thanks for information!…

    Rétrolien par Julian — 9 février 2015 @ 19:25

  29. classics@stared.pasted » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par Jerome — 9 février 2015 @ 20:04

  30. bullfinch@judged.dumont » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par Rene — 9 février 2015 @ 20:42

  31. hollering@doubleheader.darn » rel= »nofollow »>.…

    hello….

    Rétrolien par Isaac — 9 février 2015 @ 21:21

  32. revenues@democratique.exultantly » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par Joshua — 9 février 2015 @ 21:59

  33. warning@boliou.enjoyed » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par Ricky — 9 février 2015 @ 22:36

  34. tortures@smoother.gaping » rel= »nofollow »>.…

    good info!!…

    Rétrolien par Ramon — 9 février 2015 @ 23:12

  35. epiphyseal@almaden.elios » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par wendell — 9 février 2015 @ 23:49

  36. mien@model.fargo » rel= »nofollow »>.…

    Rétrolien par Joey — 10 février 2015 @ 0:26

Flux RSS des commentaires de cet article. Adresse web de rétrolien

Laisser un commentaire

*